24 octobre 2015, 17H. C’est le coup d’envoi du match qui oppose l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande en demi-finale de la coupe du monde de rugby. Des les premières minutes, les Springboks dominent les All Blacks et marquent les 3 premiers points. Au Waterfront, sur les marches l’amphithéâtre qui entoure l’écran géant, tous les supporters se lèvent et hurlent de joie, arborant leur T-shirt vert et or aux couleurs de leur équipe nationale et brandissant des drapeaux sud-africains.

Tous ? Non… Autour de nous, certains fans de rugby ont osé se vêtir du T-shirt noir des All Blacks. Blandine :

Assises entre les supporters sud-africains et néo-zélandais, tu crois qu’on risque quoi ?

Les All Blacks marquent leur premier essai et voilà que la foule est en délire… Parce qu’il ne s’agit pas d’un ou deux Maoris perdus en Afrique du Sud, mais de dizaines de personnes qui scandent :

Here we go All Blacks, here we go !

supporters All Blacks rugby

 

Mon voisin, un vieil homme à la peau mat, se rassoit enfin.

- Vous venez d’où ?

- Je suis Sud-Africain, pourquoi ?

- ………… Mais pourquoi vous ne soutenez pas votre équipe nationale ???

- Ben vous devez savoir, c’est à cause de l’apartheid !

Bien sûr… Pendant l’apartheid, les équipes de rugby étaient composées soit de noirs, soit de blancs, et elles ne pouvaient s’affronter. Les joueurs de l’équipe nationale, les Springboks, tous Afrikaners blancs, ont donc toujours été sélectionnés parmi seulement 15% de la population représentante de l’Afrique du Sud. Les noirs et les « coloured » ont fini par se désintéresser des compétitions, excepté les fanatiques de rugby, qui ont dès lors commencé à encourager les adversaires des Springboks plutôt que les représentants de leur propre nation !

Malgré la fin de l’apartheid, est-ce un ressentiment permanent ou simplement une vieille coutume, ce soulèvement de certains Sud-Africains contre leur équipe nationale persiste. Effectivement, autour de moi, les supporters au T-shirt noir sont tous noirs ou « coloured ».

En France et partout dans le monde, s’il y a bien une activité capable de fédérer un pays, c’est le sport. En Afrique du Sud, c’est l’un des domaines où les répercussions de la ségrégation raciale sont encore visibles… Cela dit, l’ambiance n’en est pas moins fabuleuse, chacun des supporters acceptant finalement l’engouement de ses frères pour l’équipe adverse. Le bon côté de la chose : quelle que soit l’équipe gagnante ou perdante de la rencontre sportive, l’issue du match fera toujours des heureux !